Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Dans le courant, la vibration de la source

09/05/2011 | Dans le courant, la vibration de la source

L’eau

 

Avant, il y a l'eau.

Après, il y a l'eau ;

durant, toujours durant.

 

- L'eau du lac ?

- L'eau de la rivière ?

- L'eau de la mer ?

 

Jamais l'eau sur l'eau.

Jamais l'eau pour l'eau ;

mais l'eau où il n'y a plus d'eau ;

mais l'eau dans la mémoire morte de l'eau.

 

Vivre dans la mort vive

entre le souvenir et l'oubli de l'eau,

entre

la soif et la soif.

L'eau entre

Cérémonie.

L'eau s'installe

et coule :

Fertilité.

Toujours l'eau pour l'eau.

Toujours l'eau sur l'eau.

Abondance.

 

- Le désert fut ma terre.

Le désert est mon voyage, mon errance.

 

Toujours entre deux horizons ;

entre horizon et

appels d'horizons.

Outre-frontière.

 

Le sable brille comme l'eau

dans la soif inextinguible.

Tourment que la nuit endort.

Nos pas font gicler la soif.

Absence.

 

- L'eau du lac ?

- L'eau de la rivière ?

- L'eau de la mer ?

 

Viendra, bientôt, la pluie

pour laver l'âme des morts.

Laissez passer les ombres brûlées,

les matins aux arbres sacrifiés.

Fumée. Fumée.

 

EDMOND JABES


 

 

03:56 Publié dans ALERTE VIOLETTE | Lien permanent