Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jardin à Montrouge

14/07/2006 | Jardin à Montrouge

Aux Parques



Accordez-moi, puissantes, un seul été

Et un automne où mûrir mon chant,

Pour qu'alors, assouvi par le plus doux des jeux,

Plus volontiers meure mon cœur.



L'âme qui dans la vie n'eut pas son droit divin,

Là-bas non plus n'aura pas de repos, dans l'Erèbe;

Mais si, un jour, ce qui est mon désir,

Si ce qui est sacré s'accomplit, le poème,



Bienvenue à toi, calme pays des ombres.

Tu me verras content, si même alors mon chant

Ne m'accompagne pas. Une fois j'aurai vécu

Comme vivent les dieux. Il n'en faut pas davantage.



Friedrich Hölderlin traduit par Guillevic. publié dans FLORILEGES.PAP.1991

Poèmes Hölderlin/ Heine/Rilke/ Trakl

19:35 Publié dans LA CHASSE AUX PAUVRES | Lien permanent